HISTOIRE
Histoire
HOMMES
les Hommes
AVIONS PRESERVES
Avions
préservés

Industrie
Formation
LES PARTENAIRES
Les
Partenaires

le Super-Constellation 
LIENS ET COURRIERS
Liens et
Courrier
LE COIN DU SIMULATEUR
Le Coin
Simulation
RESTAURATIONS EN COURS
Restaurations
en cours
ACTUALITES - INFOS - ARCHIVES
Actualités
BLOG
ARCHIVES PHOTOS
Archives
photos

la Galerie

Ecrivez
nous
Un BESSONNEAU pour l'AérOscope

BESSONNEAU : des hangars pour les premiers avions

Depuis l’apparition des premiers avions, la nécessité de les protéger s’est avérée indispensable. Les bâtiments destinés à cette fonction allaient suivre l’évolution des appareils au fil du temps. Les premiers aéronefs, de petites dimensions, démontables, ne demandaient pas de structure particulière. Des hangars traditionnels étaient utilisés. Mais lors des premiers meetings (1910…), la nécessité de pouvoir disposer de hangars à grandes portées et facilement démontables allait se faire sentir. C’est à cette époque qu’allaient apparaître les premiers hangars Bessonneau.
La culture traditionnelle du chanvre en Anjou est très ancienne. Julien Bessonneau va transformer la petite entreprise de corderie familiale d’Angers en un véritable empire à partir de 1901 (4500 employés…). 

                                                                                                                                     

Il allait dès lors étendre la production, et c’est dans ce contexte que naquirent les premiers hangars d’aviation en bois et toile qui allaient vite connaître une renommée internationale. Les hangars Bessonneau seront également beaucoup utilisés pendant la première guerre mondiale. Aujourd’hui, il reste encore quelques uns de ces hangars historiques, désormais recouverts de tôle.

(source Cécile BALAT)


Outre la France, la Grande-Bretagne, le Canada, le Moyen Orient et la Russie après la guerre furent utilisateurs de ce hangar. Au moins un exemplaire fut capturé et réutilisé par les Allemands. Quatre types de "Bessonneau" furent produits. Le plus courant faisait 20m x 24m. Celui de la Ferté-Alais fait 26,95m x 26,95m (intérieur).

Le hangar "BESSONNEAU" décor incontournable de la Première Guerre.
(dessin Marcel JEANJEAN)
Droits réservés

ORIGINE DU HANGAR (extrait de la biographie de Jean Baptiste SALIS, père de Jean SALIS)
"Jean Baptiste SALIS voulait créer un musée sous le hangar Bessonneau, qui était lui-même la première pièce de collection de ce musée. Il avait été installé en 1918 à Villesauvage près d'Etampes puis récupéré par un cultivateur local qui lui revendit pour l'installer sur son domaine de Cerny La Ferté-Alais. Il rêvait d'y reconstituer le tableau de la vie d'une escadrille pendant la grande guerre, avec ses bureaux, ses ateliers équipés de machines de l'époque, son bar. Ce hangar abriterait les avions du passé..."


hangars Bessonneau à Etampes

Nantes a déjà vu des Bessonneau : dès 1910, ils abritèrent les avions du premier meeting sur la prairie de Mauves. Le terrain du Bêle et celui de Château-Bougon en eurent aussi.
 Il reste très peu de hangars Bessonneau survivants. Celui d'Angers Avrillé (photo ci-contre)a malheureusement été détruit.

Le Bessonneau acquis par l'AérOscope sera candidat à un classement en "Monument Historique" et sera réédifié à proximité de l'ancienne tour de contrôle de Château-Bougon construite par les Britanniques en 1939.

à Château-Bougon les Potez 25 du G.A.O. 511 devant leurs "Bessonneau"
SOMMAIRE